GMTme est allé à la rencontre d’une belle et brillante jeune femme, dotée d’une voix à couper le souffle. Chanteuse, coach vocal, chef de choeur, Stellia Koumba Koumba puisque c’est d’elle dont il s’agit, avait soulevé les internautes du Gabon en France en juillet 2019, lors de son passage à l’émission française de musique Together, Tous avec Moi sur M6. Emission durant laquelle, la belle nous avait donné une vraie claque sur une interprétation de Proud Mary de l’artiste Tina Turner. Nominée à présent pour les Standing Media Awards qui se tiendra en Juin prochain, à Paris, la chanteuse nous parle de son parcours. Portrait.

Vous vous posez sans doute la question de savoir qui est Stellia Koumba Koumba ?

Née au Gabon, Stellia Koumba Koumba a la musique dans l’âme. En effet, fille d’un chanteur, le Pasteur Henry Koumba, elle est très tôt initiée aux subtilités de la musique. Aux côtés de son père, elle enregistre d’ailleurs ses premières chansons (Comme un phare et Jésus revient bientôt ), des louanges qui étaient diffusées sur la première chaîne nationale du pays. Après avoir fait son cursus primaire au Gabon, c’est en 2004, qu’aux cotés de sa famille, elle s’envole pour France, avec une ambition affirmée, celle de « faire de la politique un jour au Gabon, pour améliorer le quotidien des Gabonais en construisant des orphelinats, des centres pour les femmes », confiet-elle. 

Des études à la chanson 

« À une récréation Alban Lapeyre, qui était prof de musique, m’a abordée et m’invite à venir à la chorale. C’est là que tout a commencé », confiet-elle. Pourtant, entre ambitions et destinée, Stellia Koumba Koumba a plutôt tardé à prendre conscience de son talent. Sans cesse complimentée par des tiers pour sa voix angélique, son appétence politique, lui fit pourtant l’effet d’une paille dans l’œil. Elle tient à poursuivre ses études, et s’en sort avec un master en sciences politiques, spécialité dynamique africaine. 

« On n’échappe pas à sa destinée, quand on essaye de se défiler, elle finit toujours par nous rattraper », Pierre-Jules Stahl

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Gmail
  • Yahoo Mail

Stellia Koumba Koumba, artiste chanteuse © D.R.

Chemin faisant, elle décide enfin de s’essayer dans la musique, mais surtout pour faire plaisir aux autres. « J’ai compris que j’avais du talent car en chantant je faisais du bien aux autres. Qu’on me dise que j’ai une belle voix c’est bien. Mais qu’on vienne me voir pour me dire merci, ça, ça me touche vraiment ». En 2010, la belle découvre alors la Troupe des Baladins en Agenais du metteur en scène Roger Louret qui organisait un concours de chant. Elle participe audit concours et remporte à la fois les prix du jury et du public.  Cette belle expérience changea alors tout son univers. De la politique, Stellia Koumba Koumba devient chanteuse.  

En 2013, elle est à l’affiche d’un premier spectacle écrit exclusivement pour elle, par Roger Louret, « Stellia Koumba chante Piaf ». En 2014, elle est la tête d’affiche d’un spectacle musical produit par « Les Chevaliers du Fiel » à Toulouse. La même année, elle prête sa voix aux chœurs d’un album de Francis Cabrel. En 2016, elle crée et met en scène son propre spectacle, « Née quelque part », qui raconte son parcours en France et en souvenir de ses origines, de son pays, le Gabon. Depuis 2017, elle dirige les chorales Gloryspel de Bon-Encontre, de Lamontjoie, de Pujols. Une chorale qui a vu le jour au sein de son église dans l’objectif de partager l’atmosphère de vie et de bien être qu’apporte la louange. 

Stellia interprète des chansons d’artistes bien connus. Elle chante le blues, la soul et est capable d’interpréter n’importe quel registre musical. « Stellia Koumba ça serait très eklektic, il n y a pas un genre musical dans lequel il faudra me mettre ». Pour 2020, la jeune chanteuse a sans doute déjà de bonnes résolutions pour sa carrière. Mais avant, elle compte sur les votes de chacun pour faire grimper ses voix lors de la cérémonie des Standing Media Awards, pour la catégorie Acoustique qui se tiendront en juin prochain.

Commentaires