C’est l’une des conclusions de l’atelier de Libreville sur le patrimoine mondial qui s’est tenu du 20 au 23 janvier dernier au sein du Bureau de l’Unesco. Inscrit en 2009 sur la liste indicative du Gabon, le Parc National de Minkébé ne remplit plus les conditions d’intégrité. 

Avec l’hôpital Albert Schweitzer et 3 autres sites, le Parc national de Minkébé faisait son entrée sur la liste indicative du Gabon au patrimoine mondial de l’Unesco en 2009. Situé dans le Woleu Ntem, il est l’un des rares parcs nationaux à être inhabité sur une superficie de près de 8000 Km². Véritable océan vert, il fait partie de la zone dite TRIDOM du Fonds mondial pour la nature (WWF), qui est important pour la protection des forêts denses africaines du bassin du Congo.  

En effet, la liste indicative des biens naturels et mixtes du Gabon a été révisée. Le Parc national de Minkébé vient d’être retiré. Selon l’Unesco, ce potentiel naturel et culturel qui contient une forte population d’éléphants (près de 30 000)et de grands singes, « ne remplit plus les conditions d’intégrité, en raison des activités de braconnage et d’orpaillage qui y ont lieu ».

Le Gabon compte à présent 7 biens dans sa liste indicative. Il s’agit du Parc  national des Plateaux Batéké, du parc national de la Loango, du parc national des Monts Birougou, des Grottes de Lastourville, du parc national de Moukalaba – Doudou, la pile nucléaire de Bangombé, et le site fossilifère de Moulendé. Le Parc National de l’Ivindo quant à lui a été proposé pour être soumis au centre du patrimoine mondial au plus tard le 31 janvier prochain. S’il est accepté, avec la Lopé, le Gabon comptera alors 2 biens au patrimoine mondial.

 

Commentaires