Faire pipi au lit, une situation assez gênante, voire honteuse aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte. Si cet acte est très souvent considéré comme étant banal à bien des égards, il apparaît pourtant qu’il peut s’agir d’un réel problème (trouble) de santé. Les premiers traitements demeurent la prise en charge psychologique de la personne atteinte. 

Son terme scientifique est « l’énurésie ». Il désigne une « miction active, complète, inconsciente, involontaire, se produisant pendant la nuit », selon la revue de santé en ligne Doctissimo. Sujet de moquerie, de raillerie, l’énurésie où le fait de  faire pipi au lit o n’est pas toujours un acte posé délibérément. Il peut traduire un trouble fonctionnel courant pouvant affecter aussi bien la vie d’un enfant que celle d’un adulte. 

On parle de cas d’énurésie à partir de 5 ans, l’âge auquel l’enfant est capable de contrôler le sphincter de la vessie. En effet, on distingue deux types d’énurésie: l’énurésie primaire et secondaire. Celle dite primaire touche des enfant dont l’âge varie entre 5 et 15 ans. Des enfants dont la propreté ne serait généralement pas complète, et qui ne parviennent toujours pas à contrôler leur vessie. On parle alors d’immaturité de la vésicale.

On parle d’énurésie secondaire, chez des personnes plus matures, ne faisant plus pipi au lit depuis un certains âge, mais qui se retrouvent malheureusement à une période donnée, incapable de contrôler ou de retenir leur mixtion au lit. Dans ce cas de figure, une infection urinaire pourrait être l’origine. Il pourrait également s’agir d’un trouble affectif, rapporte le site Passeportsanté. Dans tous les cas, l’énurésie est aussi un problème d’abord héréditaire. Le site Passeportsanté indique 44% des cas lorsqu’un parent est énurétique, et 77% lorsque les deux parents le sont.

S’agissant du traitement, il passe avant tout par une prise en charge psychologique de la personne énurétique. Chez l’enfant les parents sont appelés à considérer le fait qu’il ne fasse pas pipi au lit expressément. Il faudrait ensuite l’encourager à faire régulièrement pipi dans la journée, à faire pipi avant de dormir, ne pas boire trop d’eau avant le coucher, discuter avec son enfant sur le sujet, entre autres. Chez l’adulte, des analyses poussées de l’urine sont à considérer afin de vérifier que les causes ne sont pas organiques. Le cas échéant, un traitement médicamenteux est requis . 

Commentaires