Annoncé tardivement pour octobre prochain pour cause de Coronavirus, le festival culturel Gabon 9 provinces pourrait ne pas rencontrer son public pour cette édition virtuelle 2020. En effet,, une campagne de boycott a été lancée ce vendredi 25 septembre sur la toile à l’initiative de plusieurs artistes gabonais, en tête desquels Franck Ba’ponga. Ces derniers ont décidé d’unir leurs forces pour réclamer un statut de l’artiste, « plus important que le cachet ». 

L’initiative lancée par des artistes locaux à laquelle ont pris part, Franck Ba’ponga, Mc Bright, le groupe Kifra-L et bien d’autres, appelle un grand nombre d’artistes et de mélomanes à boycotter le Gabon 9 provinces. Dénommée « Gabon 9 provinces, J’y serai pas », elle vient soulever deux principales problématiques, à savoir, l’absence du statut de l’artiste, ainsi que le manque de soutien des autorités gouvernementales à l’endroit des acteurs culturels depuis l’arrivée de la Covid-19 au Gabon. 

Ayant survécu à la crise quoiqu’ils aient été « jetés aux oubliettes », lesdits artistes se saisissent à présent du plus grand festival culturel du pays pour revendiquer la prise en compte de leurs droits. « Le statut de l’artiste est plus important que leurs droits », peut-on lire comme crédeau de cette campagne dont le slogan est « J’y serai pas ». 

Il va sans dire que cette campagne vient nuancer les propos de Fabrice Mvouendi Pindi, l’agitateur culturel. Lequel avait qualifié les artistes gabonais de « peureux ». « Les artistes gabonais détiennent le moyen, la force de s’exprimer avec la manière et la technique. Mais ils n’arrivent pas à se lever et à revendiquer leur statut par peur de se retrouver blacklistés par des hommes politiques, et manquer de gombo », disait-il à la faveur d’une interview accordée à GMTme. 


Aujourd’hui, ces artistes mécontents expriment clairement leur ras-le-bol et revendiquent un statut de l’artiste oublié depuis plusieurs années sur la table des parlementaires. Gageons que cette campagne de boycott atteigne la sensibilité des plus hautes autorités du pays. C’est en tout cas l’objectif de cette protestation.