Alors que le Flow du Sud vient de dévoiler le titre qui pourrait très vite devenir l’hymne des footballeurs gabonais, « Atlético Akanda », la plateforme promotionnelle Tendance Gabon ne s’est pas fait prier avant de l’exploiter sur son site. Son auteur n’a pas tardé à réagir, promettant d’en découdre avec cette situation un peu plus tard. Craignant des piques salées, mais surtout des « taloches », Tendance Gabon tente d’enjoliver son image dans un article intitulé « Le Flow du Sud clash tendance Gabon ». Mais à quel moment y a-t-il eu clash?

Après Le Petit Mayombo et Jeff Auspice, le manager de Tris qui reprochait au responsable de Tendance Gabon de faire de la « contre promotion », la plateforme promotionnelle de contenu gabonais remet le couvercle avec Le Flow du Sud en exploitant sur son site, le single « Atlético Akanda », quelques heures seulement après sa mise en ligne. 

En réaction à cette situation qui apparaît pour des internautes comme une sorte de piraterie, Le Flow du Sud a promis s’occuper du cas de Tendance de Gabon un peu plus tard. « Je ne vais pas mélanger les choses. Je finis mon deal, c’est l’argent. Après ça, je m’occupe de Tendance Gabon. Je crois même que ce sont eux qui me porteront plainte. Un maudit comme moi, on verra », a-t-il lancé. 

Si beaucoup commençaient à se frotter les mains en attendant patiemment la réaction de l’artiste, c’était sans compter la réactivité des équipes de la plateforme  de promotion. En effet, Tendance Gabon s’appuyant sur la position des fans du Flow du Sud, lesquels ont décidé de signaler la page, a vite fait de pondre un article dans lequel il s’érige en donneur de leçon. Comme pour déplacer le débat et détourner l’attention des internautes, tentant par ailleurs de faire passer les artistes et managers gabonais pour des promoteurs peu aguerris.  

« Comme le sait l’artiste Mayombo, donc le manger blanc a demandé de retirer la vidéo par voie autorisée avec un air jovial tout en félicitant le travail gratuit abattu par Tendance Gabon pour la promotion des artistes gabonais.  Il est regrettable que nos artistes noirs rentrent directement dans la virulence, les signalisations des pages, des menaces, des injures, les plaintes etc… », a écrit Tendance Gabon