Débutée en avril dernier, en plein confinement imposé par le coronavirus, la première saison du catalogue challenge est arrivée à son terme. Après 9 impressionnants numéros qui ont réussi à fédérer plusieurs mélomanes y compris ceux de la sous région, l’événement inspiré du beat battle aux Etats-Unis, aura tenu toutes ses promesses. Malgrés quelques couacs enregistrés tels que des problèmes de connexion, ledit concept artistique et culturel est également parvenu à transformer ses « j’aime » en argent pour soutenir des causes sociales. Le petit Jérémie atteint d’une maladie rare, l’orphelinat la Maison d’Herman de Port-Gentil, et le Centre Arc-en-ciel de Libreville ont été les heureux bénéficiaires. Dans un entretien accordé à GMTme, Lestat XXL nous fait le bilan de la première saison et dresse les perspectives de celle à venir

GMTme: Après 2 mois d’activité, quel bilan fais-tu de la première saison du catalogue challenge? 

Lestat XXL: pour notre équipe le bilan global est positif. Considérant surtout d’où l’on est parti et le fait que nous avons souvent dû fonctionner sur fonds propres, dans un contexte de confinement strict. Nous avons eu quelques soucis techniques sur certaines affiches mais ce sont aussi les aléas du direct.

Nous avons monté en parallèle des affiches des opérations de communication pour différents artistes ayant participé au Catalogue Challenge. Nous sommes par exemple heureux d’avoir contribué aux bons chiffres en termes de vente de l’album de Lord Ekomy Ndong et dans un temps relativement court.

Cependant notre plus grande fierté dans ce bilan reste les actions sociales que nous avons pu mener en faveur de la Maison D’Herman de Port-Gentil, du centre Arc-en-ciel de Libreville et de notre jeune compatriote Jérémie. L’engouement et la motivation des internautes vis–à–vis de notre plate-forme ne fait que renforcer notre détermination à faire mieux.

Quelles sont les perspectives de la prochaine saison quand on sait qu’il y a notamment eu des incompréhensions avec les fans sur certains duels? 

Concernant la 2e saison, nous préférons vous réserver des surprises (rires). Je ne sais pas si on peut parler d’incompréhension, peut-être que certains ont été sceptiques par rapport à certaines affiches mais souvent, une fois le match terminé beaucoup reconnaissaient avoir été agréablement surpris. 

Je crois que le public gagnerait à être plus ouvert d’esprit et à nous faire confiance lorsque nous annonçons des matchs car nous prenons le temps de bien réfléchir à chaque affiche.LIRE AUSSIAmenem vs Mink’s: victoire du rap africain et défi relevé pour le Gabonais

Comment comptes-tu faire évoluer le concept? Est-ce qu’il va rester cantonné sur l’espace numérique ou vat-il migrer vers une réelle émission physique de showbiz? 

Les perspectives sont nombreuses, toutefois le contexte de pandémie actuelle restreint les possibilités pour le moment. Sachez simplement que nous travaillons sur différentes innovations et le moment venu, nous vous en ferons part, promis !

Lors de son lancement, tu expliquais aux médias que le catalogue challenge était également initié pour « redorer le blason de la musique gabonaise » . Deux mois plus tard, au terme de la saison 1, est-ce que le catalogue a finalement tenu ses promesses?  

Nous avons tendance à laisser le public juger. Mais nous sommes heureux lorsqu’on lit les commentaires lors des challenges, qui expriment une fierté d’une bonne partie des spectateurs d’avoir de bons artistes dans notre pays. Notre plate-forme pendant 2 mois a servi de vitrine à notre musique, a permis à des artistes de se rappeler du bon souvenir des fans locaux mais a également attiré des yeux étrangers.

On a notamment assisté à un catalogue inter-pays qui a opposé Amenem à Mink’s. Pourquoi avoir décidé de s’internationaliser? 

Nous avons effectivement eu l’opportunité d’organiser ce 1er Catalogue Challenge Inter-Pays. Ce qui était une première en Afrique Francophone.

La motivation était double. Tout d’abord cela nous permet d’échanger avec des pays frères, mais aussi de contribuer à propager notre musique, notre culture vers un public qui ne la connaît peut-être pas ou pas assez. Ça peut aussi permettre à des artistes d’autres pays de se faire davantage connaître chez nous.

GMTme: Merci de nous avoir accordé ton temps et à très vite sur le blog de XXL au Mic pour de nouveaux rendez-vous du Catalogue challenge. 

Lestat XXL: C’est mon équipe et moi qui vous remercions, ça été un plaisir.