Mise en valeur pour la première fois dans la ville de Mbigou au Gabon dans les années 1960, la Pierre de Mbigou est l’une des oeuvres artistiques gabonaises les plus reconnues, selon certains spécialistes de l’art et de la culture du pays. Elle a longtemps fait la fierté de cette ville et constitué le principal gagne pain de ses sculpteurs. Pourtant, aujourd’hui le secteur se meurt. Entre la baisse des ventes et la concurrence déloyale auxquelles font face les sculpteurs, ses derniers ne savent plus à quel saint se vouer. 

Ce n’est pas toujours une sinécure pour les artisans de vivre de leur passion et d’en tirer des revenus suffisants. Réunis au sein de la Coopérative des produits artisanaux de Mbigou (Coopam) situé au quartier Alibandeng à Libreville, les sculpteurs de la Pierre de Mbigou, situé dans la province de la Ngounié, à 800 km de Libreville, tirent aujourd’hui la sonnette d’alarme. 

En effet, selon le blog culturel Les Mots Sens’Volent, ces artisans ont longtemps su mettre en valeur la tonalité grise à reflet verts ou grenat de cette pierre en exposant notamment leur production sur un marché local et international. Mais suite à la décision gouvernementale interdisant l’exportation des oeuvres issues de la Pierre de Mbigou, les rendements ont considérablement baissé. Les sculpteurs broient du noir.   

« Certes, la mesure qu’avait prise le gouvernement d’interdire aux touristes d’acheter plus de cinq objets et de sortir du Gabon avec les œuvres de la pierre de Mbigou vise à protéger la matière gabonaise. Pourtant, elle devrait être revisitée, d’autant plus que cette décision est une épine dans la vie de notre activité artistique. Sans le savoir, elle tue à petit feu ce secteur artisanal (…). C’est notre travail principal et, par ricochet, notre source de revenu. Depuis que nos œuvres ne se vendent plus, faute d’acheteurs constitués en majorité des touristes étrangers, nous n’arrivons plus à joindre les deux bouts », confie Kotana Mombo, le président de la Coopam à L’Union.  

A côté de cela, le président dénonce également une forte concurrence déloyale face aux commerçants du marché artisanal qui profitent de leur localisation stratégique en plein centre ville pour détourner de potentiels clients en leur proposant parfois des produits différents des dérivés de la pierre de Mbigou. 

En dépit de tous ces manquements observés au quotidien,  les membre de la Coopérative des produits artisanaux de Mbigou, disent être animés par une seule ambition, «  pérenniser le travail de la Pierre de Mbigou et maintenir la place des oeuvres d’art dans le développement de l’écotourisme au Gabon ».