Sean Bridon est sur la sellette. Le producteur est accusé de plagiat. Le Talentueur, vineur et humoriste gabonais considère que le patron de la Seany TV s’est approprié le scénario d’une de ses vidéos intitulée « La pire friendzone de l’histoire ». Le jeune homme ne compte pas en faire une histoire personnelle, mais lance un appel aux auteurs de ce type d’action vile à la reconnaissance de la valeur et au travail du concepteur de l’idée. 

Sean Bridon serait-il un plagieur? C’est ce que laisse croire le vineur dénommé Le Talentueur, lequel a d’ailleurs tenu à le signifier à travers une vidéo publiée sur son compte Facebook le 8 mai dernier, pour dénoncer le fait. Intitulée « La pire Friendzone de l’histoire », il revendique la paternité de ce scénario qui selon lui, a été repris par le boss de la Seany TV dans une vidéo intitulée « On ne joue pas avec le coeur de DG ».

« Il y a quelques jours, ce dernier a publié une vidéo dans laquelle j’ai été tagué. Je regarde la vidéo et je me rends compte que c’est mon scénario. Il y a quelques petites modifications, mais c’est mon scénario », a-t-il dénoncé.

En effet, « La pire Friendzone de l’histoire » relate l’histoire d’un jeune homme secrètement amoureux de son amie. Sans s’en rendre compte, cette dernière se sert de lui pour faire quelques courses, comme l’achat des préservatifs qu’elle compte utiliser avec son amoureux. Comme dans la vidéo réalisée par Sean Bridon, DG a aussi des sentiments pour son amie pour qui il n’hésite pas à faire des fleurs. À sa demande, il lui achète de la bouffe, une bouteille de champagne et des préservatifs qu’elle compte elle aussi épuiser avec son petit ami. Trop de similitudes en effet. Coïncidence ? La question reste posée.

Mais pour Le Talentueur, ce geste posé par Sean Bridon et qui est d’ailleurs coutumier de plusieurs artistes et producteurs gabonais est à dénoncer. Loin d’être à la recherche d’un quelconque buzz, il espérait plutôt recevoir un minimum de reconnaissance. 

« Ce n’est pas pour chercher le buzz, ni pour qu’on me donne de l’argent, mais pour qu’on reconnaisse la valeur de l’artiste (…) Dorénavant lorsque quelqu’un prend votre idée, ne vous taisez pas, exprimez vous (…) Aujourd’hui on a une force, ce sont les réseaux sociaux. On peut s’en servir pour exprimer notre colère et faire comprendre à certaines personnes que ça ne va pas », a-t-il indiqué. 

A en croire le jeune vineur, l’idée selon laquelle la meilleure chose que l’on pourrait donner à un artiste c’est l’argent, est erronée. Selon lui, le meilleur prix, « c’est la reconnaissance ».

A l’heure où nous mettions cet article en ligne, le producteur Sean Bridon était injoignable. Nous y reviendrons.