« La lutte contre le coronavirus nous interpelle tous », a rappelé Aimée Delia Bilouni Ndjaly, présidente de l’Ong SOS AVC qui n’a pas voulu rester à l’écart de ce combat. A l’instar de nombreux acteurs de la société civile, c’est avec son équipe qu’elle s’est mobilisée pour procéder le 8 mai dernier au lancement de la caravane de distribution du matériel de protection et des bons d’achat alimentaire aux personnes vivant avec un handicap. 

Consciente des difficultés rencontrées par de nombreux citoyens et du danger constant que courent les personnes à la santé fragile en cette période de pandémie du coronavirus, l’Ong SOS AVC, membre du Groupe d’actions communautaires (GAC), a tenu à apporter son soutien aux personnes vivant avec un handicap, notamment celles victimes d’accidents vasculaires cérébraux (AVC).     

Il s’agit en effet d’un geste de solidarité appuyé par le ministère des Solidarités nationales et qui a pour vocation « de s’étendre sur toutes les communes du Grand Libreville ». L’aide composée en partie de bons d’achat alimentaire et des masques de protection alternatifs « certifiés par l’Aganor » contre le coronavirus, offerts notamment par  la Fondation Gertrude François, a débuté par les populations vivant avec un handicap de la commune d’Owendo.  

« Les malades d’AVC n’ont pas toujours les moyens physiques pour recevoir les dons du chef de l’Etat, compte tenu d’énormes difficultés constatées sur le terrain. C’est pourquoi  avec l’équipe des Affaires sociales, nous avons convenu de trouver des méthodes appropriées pour les servir et respecter leur dignité en même temps », a déclaré Aimée Delia Bilouni Ndjaly.

Marquée par la présence de Victoire Matopé, directeur de cabinet de la ministre des Solidarités, cette séance a également été l’occasion de sensibiliser les bénéficiaires au respect des gestes barrières.