C’est ce que l’on serait tenté de croire après la deuxième suspension des services du site que vient de subir cette semaine la première banque d’images d’Afrique gérée par des Africains, plus d’un an après celle intervenue un jour après le lancement du site le 1er février 2019. Pour Desirey Minkoh, le fondateur d’Afrikimages, cette attaque dont les auteurs n’ont pas encore été identifiés pourrait être due au « sérieux et à la régularité dans la production de nos contenus dans la région ». 

La plateforme Afrikimages vient de subir cette semaine une attaque informatique qui a obligé les propriétaires de la première banque d’images d’Afrique centrale basée en Afrique, à suspendre ses services pendant quelques temps. Pour Desirey Minkoh, directeur général d’Afrikimages Agency, cette attaque n’est pas la première du genre. « C’est la deuxième attaque que nous subissons après la 1ère qui avait eu lieu juste un jour après la présentation et la mise en ligne le 1er Février 2019 de notre plateforme, donc le 02 février 2019 », a-t-il confié à GMTme.

Qu’est-ce qui pourrait expliquer une telle attaque ? Pour l’heure, les propriétaires d’Afrikimages n’ont aucune information sur l’auteur de cet acte de piratage informatique. Selon l’hébergeur de la première banque d’images d’Afrique centrale, la suspension temporaire du site est due à une attaque malveillante  provenant d’autres Droplets. « Le trafic réseau de votre site correspond à un modèle de trafic malveillant provenant d’autres sites ciblant une victime spécifique. Nous comprenons à quel point cela peut perturber votre travail ; cependant, il était essentiel pour nous de déconnecter votre site, afin de réduire les dommages supplémentaires », a-t-il assuré.

Si les auteurs de cette attaque ne sont pas clairement identifiés, il n’en demeure pas moins que les ambitions de la première banque d’images d’Afrique centrale produites en Afrique et par des Africains pourraient gêner aux encablures. D’ailleurs, Desirey Minkoh n’en pense pas moins. « Nous estimons que nous n’avons pas encore atteint le succès que nous escomptons, car nos objectifs sont loin d’être atteints. Cependant, notre sérieux et notre régularité dans la production de nos contenus dans la région semblent gêner », a-t-il déclaré.

Des mesures ont d’ores et déjà été prises, afin de protéger le site d’autres attaques similaires. Gageons que les auteurs de ces attaques seront démasqués et répondront de leurs actes devant des juridictions compétentes. Dans le cas contraire, les fondateurs devront mettre les bouchées doubles pour une sécurité maximale.