Valoriser les langues bantu du Gabon en danger de disparition. Tel est l’objectif de ce concours organisé sur le thème “ Les Parainie”, par le programme Unitwin, Chaire Unesco « Bantuphonie : Langues en dangers, Savoirs endogènes et Biodiversité » de l’Université Omar Bongo (UOB) et la Chaire Senghor de Libreville, le 19 mars prochain à l’Université franco-gabonaise Saint-Exupéry. 

C’est à l’occasion de la journée internationale de la Francophonie célébrée chaque 20 mars que ce concours d’art oratoire est organisé. Un concours ouvert aux étudiants uniquement et qui pourrait contribuer au développement des langues bantu du Gabon parlées par un nombre très réduit de locuteurs et en danger de disparition.  

Ledit concours, selon Guy Roger Nguema, devrait pouvoir mettre en avant 9 langues en danger répertoriés dans chaque province du pays. Il s’agit entre autres des langues évia, benga, bakaningui, békwil, liwandji, mahongwè, fang (Minvoul) qui seront les langues d’expression pour les étudiants concourants. 

l’Afrique compte près de 400 langues bantu, affirme Guy Roger Nguema Ndong, coordonnateur national de la Chaire Unesco de l’UOB. Au Gabon, on dénombre une cinquantaine d’ethnies. Plusieurs d’entre elles sont en voie de disparition ou pas suffisamment représentées dans la société.