Do L’Alchimiste, anciennement connu sous le pseudo “Do Artkéop”, a peut-être l’une des plus belles plumes de l’industrie hip hop vert-jaune-bleu, mais il reste une énigme que personne n’arrive à résoudre. De 2001 à 2020, le rappeur qui clame à haute et intelligible voix sa chretienneté, a connu toutes les scènes et épaté tant de monde, des rappeurs, spectateurs voire organisateurs, sans jamais se faire avaler par la nébuleuse vague de la tendance. Pour son anniversaire, GMTme a voulu rendre hommage à un dinosaure du rap gabonais moins visible que certains “nourrissons”. Immersion !

De son vrai nom Donald Mvono Angoué, Do L’Alchimiste est un rappeur originaire de Bitam (Woleu Ntem) né dans les années 80. Son adolescence est rythmée par les textes du tout premier album de l’artiste français Mc Solaar duquel il sera épris du style d’écriture soigneux et riche en culture générale. Il débutera concrètement sa carrière en 1998 par des sound system auxquels il participe volontiers et réussit à se faire un nom dans l’underground. 

A l’époque déjà le jeune Donald a une inspiration unique et cela est  perceptible par le nom de scène qu’il décide d’arborer. « Do ArtKhéop », un nom qui contracte son côté Kamite, son prénom avec la puissance des pyramides égyptiennes de Khéops notamment qu’il continue de valoriser bien qu’étant fervent chrétien aujourd-hui. Preuve que l’africanité et la chretienneté sont associables.

Le visuel du titre « Micrographe » de l’artiste Do L’Alchimiste © D.R.

C’est en 2001 que Do L’Alchimiste fait son entrée dans l’arène en tant que “gladiator” du rap gabonais, lorsqu’avec ses amis d’enfance il forme le L.F crew. Un groupe dans lequel il affûtera sa plume d’acier pour faire couler des larves sur les feuilles blanches. C’est justement ce collectif qui lui permettra de taper dans l’oeil de Mitch Mwana, le Boss du Studio Garages. Avec qui il collabore depuis des années via ses compétences connexes en montage vidéos et sono. 

En 2011, il sort son premier album solo intitulé «  Micrographie » qui viendra définitivement le situer sur la cartographie hip hop/Rap. Do L’Alchimiste avait épaté Barack Adama lors d’un freestyle. En dépit de ce talent reconnu, celui qui deviendra “L‘Alchimiste” se refuse le titre de grand rappeur. Raison pour laquelle il répond très souvent « Encore vivant », une manière de rappeler qu’il n’est qu’un homme et pas une star. 

La pochette du 1er album de The Conscious Rhythm Chapter © D.R

Bien que de moins en moins visible, l’artiste sortira deux projets d’albums en 2 ans. Le premier sorti en 2017 avec The Conscious Rhythm Chapter (dont font partie Stentor, Masta, Eks, Jez et Farrello), ils sortent l’album « Chapitre Premier ». Puis en 2019 ils sortent l’album « Ces pages qui manquent ». Autant dire que cet artiste a choisi de ne pas se laisser annexer par la tendance qui a malheureusement souvent joué des tours à une pléiade de rappeurs.

Seulement on regrettera peut-être que celui qui s’est officiellement engagé en politique n’ait pas sorti son deuxième album titré “L’alchimie”. #GMTmesons-nous, vivants !