Le dessinateur Patrick Essono alias Pahé a fait une représentation caricaturale du jeune Rinaldi Ngoua Abagha, dont la disparition injustifiée enflamme la toile depuis le 12 janvier dernier. Une manière singulière de soutenir la famille anxieuse depuis que l’enfant de 3 ans est introuvable.

Réputé narcissique et opiniâtre, Pahé n’est pas moins un homme au grand cœur. Pour preuve, la star de la bande dessinée s’est engagée dans la recherche de bébé Rinaldi. Mais qui est Bébé Rinaldi ? Rinaldi Ngoua Abagha est un petit garçon, âgé de 3 ans seulement dont la mère a constaté la disparition il y a déjà quelques jours, soit le 12 janvier dernier, au village Abee Bizang, plus connu sous le nom Abbee-Eba, à 27 km de Bitam dans le Woleu-Ntem. Ressortissant de cette ville et père de famille, le dessinateur à succès a utilisé sa plus belle arme pour pointer du doigt les auteurs de ce type d’actes inhumains sur enfants.

« Ah Rinaldi wôm oooh, O ne vé? » (Rinaldi mon enfant où es-tu?), peut-on lire sur le mur de Pahé. Occasion pour ce dernier de livrer sa part de vérité recueillie auprès de certains proches de la famille de bébé Rinaldi. Le « Tsoumignon » aurait été enlevé alors que sa maman et lui s’apprêtaient à quitter leur village quand elle aurait été envoyé par une de ses tantes en brousse. A son retour elle ne retrouvait pas son petit Rinaldi.

Pour finir, le dessinateur a condamné le silence des autorités locales et nationales ainsi que certains médias dits « d’Etat ». « La nouvelle arrive à Bitam, se propage timidement sur les réseaux sociaux. Lentement. Ça et là on dénonce les médias d’Etat, notamment la RTG, Gabao télévision qui n’en parlent pas, les autorités locales, le député de Bitam, les autorités, que suiii », a-t-il publié sur son compte Facebook. En espérant une issue heureuse, les personnes publiques devraient imiter Pahé pour interpeller l’Etat dans cette affaire.

Rappelons au passage que Rodrigue Ondo Mfoumou, procureur de la République près le tribunal de première instance judiciaire d’Oyem, a réagit ce samedi 18 janvier et a annoncé à travers un communiqué, l’ouverture d’une enquête judiciaire et une extension des recherches au-delà du département du Ntem. Sa réaction a néanmoins été jugé tardive par l’opinion nationale qui attend une implication plus active des autorités.

GMTme adresse à la famille son soutien en cette période difficile.