L’infertilité peut se définir comme l’incapacité à concevoir un enfant, au bout de plusieurs années d’intense activité sexuelle en l’absence de toutes sortes de contraception. Si la femme est très souvent considérée comme la responsable de ce problème au sein du couple, la possibilité que l’homme soit à l’origine de la difficulté n’est pas à exclure. Au contraire, et selon la revue de santé en ligne Doctissimo, 1 fois sur 2, l’homme est responsable de façon complète ou partielle des cas d’hypo fécondité dans le couple. 

Plusieurs couples aujourd’hui sont fragilisés par les problèmes d’infertilité. En Afrique, au delà de la joie et de l’équilibre qu’un enfant pourrait entraîner au sein d’un couple, il est en sus un signe de force et de richesse. Un homme qui a beaucoup d’enfants est considéré comme un homme fort. Et l’absence d’un enfant dans une famille pourrait très vite altérer cette croyance mitigée. 

A bien des égards, la femme au sein d’un couple n’arrivant pas à concevoir est pointée du doigt et considérée comme un « ventre vide ». Pourtant, dans plusieurs cas, c’est  l’homme qui est en réalité à l’origine de cette incapacité à féconder. Et tout comme chez la femme, les causes de l’infertilité masculine sont multiples et variées. 

Au delà d’une infection mal soignée telle que les oreillons, les principales causes de l’infertilité chez l’homme seraient liées aux pathologies de son appareil de reproduction. Il pourrait s’agir d’une Azoospermie (absence complète de spermatozoïdes), d’une Oligospermie faible quantité de spermatozoïdes), Asthénospermie (faible mobilité de spermatozoïdes),Tératospermie (nombre élevé de spermatozoïdes anormaux). 

S’agissant des symptômes, bien entendu, la difficulté à concevoir au sein du couple serait le premier point à considérer. On notera également, entre autres, l’éjaculation précoce, l’impuissance ou dysfonctionnement érectile, qui pourraient constituer des pistes à explorer pour le médecin, lors de la consultation afin d’identifier le noeud gordien. 

Notons par ailleurs, qu’il existe des cas d’infertilité inexplicables. Des cas qui ne trouvent leurs origines ni chez la femme, ni l’homme, et qui pourraient constituer jusqu’à 20% des problèmes d’infertilité, comme le démontre un graphique publié dans L’Union du 18 décembre 2019 qui présente un rapport des origines de l’infertilité. Il est donc conseillé aux couples confrontés au problème d’infertilité de consulter avant de jeter la première pierre sur l’un des conjoints. Ceci permettra non seulement d’identifier le problème, mais aussi de le traiter plus rapidement.