Le 6 novembre dernier, il y a exactement deux jours, l’humoriste gabonais Yaya Vichenzo a livré un nouveau single « Le fils de maman Coco », une ambiance rumba. Le chanteur parle de jalousie, de son succès qui est dû à ses efforts, à ses fans, mais surtout grâce au bon Dieu. « Une porte se ferme, une autre s’ouvre », a-t-on pu entendre dans cette chanson pleine de conseils, mais qui s’apparenterait surtout à une sorte de réaction à une situation bien précise, peut-être bien son départ de la Seany TV. 

Après plusieurs mois d’absence dans l’arène musicale, Yaya Vichenzo fait son grand retour dans les bacs avec un nouveau single « Le fils de maman Coco ». Pour ce nouveau titre, l’humoriste est parti en solo et a choisi de jouer la carte de la rumba, en reprenant un air connu, dans lequel il parle gentiment de lui-même, un homme qui se bat pour réussir malgré les coups bas de ses détracteurs et des jaloux.

En effet, dans cette chanson qui pourrait très vite faire un tube quand on connaît le nombre de fans que compte Yaya Vitch, l’artiste parle de son succès, dont la toile de fond n’est ni plus ni moins que son talent, rehaussé par la volonté de Jésus et par le soutien de ses fans. « Yaya Vichenzo aujourd’hui tu connais tous les pays du monde à cause de Jésus, ton talent est universel, Jésus t’a élevé », chante-t-il, comme pour évoquer sa carrière après son départ de la Seany TV, qui a par ailleurs  joué un rôle capital dans l’éclosion de sa carrière. 

A titre de rappel, le contrat entre la production Seany TV et Yaya Vichenzo a pris fin en septembre dernier, pour des raisons qui restent encore peu connues du public. Cette belle collaboration qui avait su gagner le cœur des internautes d’Afrique francophone, notamment grâce à la phrase culte « Libère moi la ligne » de l’artiste, s’est achevée au grand regret des fans qui fustigeaient d’ailleurs l’attitude des deux protagonistes.

Si pour certains, la chute de Yaya Vich était évidente après la Seany TV, propriété de Sean Bridon, c’était sans compter la détermination du Fils de maman Coco de poursuivre ses rêves. Ce dernier a en effet eu le mérite de leur présenter les contours de sa carrière à travers ce nouveau single. Yaya Vich chante et dit, « Le patron t’a viré, pas la peine de te suicider, ne peut commander que celui qui a bien servi, tu seras patron un jour, (…) », un passage très révélateur. Que celui qui a des oreilles entende. 

Ecoutez le single ici : YAYA VICHENZO – Le fils de maman Coco