Les spécificités et autres particularismes du peuple gabonais sont perceptibles par les communautés amies vivant sur notre territoire. Souvent à l’étranger, on sait reconnaître un Gabonais sans qu’il ne se soit présenté à nous. Cette semaine, la rédaction de GMTme a réalisé pour vous une liste de 7 comportements ou habitudes propres au peuple gabonais. Nous tenons à préciser qu’elle n’engage que nous. Découvrez-la avec nous.

1- Les éternels retardataires 

Pour boucler la boucle, « Un bon Gabonais n’est jamais à l’heure », réplique généralement le Gabonais avec une fière allure. Tout porte à croire que le problème de retard est inscrit dans l’ADN de l’homme gabonais. On observe ce phénomène dans tous les pans de la société, en administration, à l’église, dans les cérémonie familiales, rendez-vous de couple, dans le développement du pays, en passant par le développement personnel. 

2- « On va encore faire comment ? » 

Tolérance, dépi ou résilience? Certains parlent même de l’eau de la SEEG. « On va encore faire comment ? »  est une phrase récurrente chez le Gabonais. Cette phrase qui peine surtout à cacher le défaitisme et le désespoir du peuple gabonais a su traverser le temps. Dans les situations où il faut se battre et redoubler d’efforts pour parvenir à atteindre son but, le Gabonais semble tolérant envers la défaite. Il laisse tomber. Il attend la providence. Il a même une autre phrase qui accompagne cet état de fait : « Je remets tout à Dieu. » 

Aujourd’hui, elle pourrait être considérée comme la signature du Gabonais. 

3-   Les mauvais payeurs de dettes

Après avoir pris votre argent en promettant vous le rembourser avec ou sans intérêt, le Gabonais devient rare comme un billet de cinq cents francs Cfa par terre. Vous ne le croiserez plus dans la ville. Indisponible au téléphone, il répondra à votre « Bonjour » par un « oui je sais », même lorsque vous n’appelez pas pour la dette. Et lorsque vous lui demanderez de vous rembourser, il vous sortira une autre phrase légendaire, celle-là même qui ne vous encouragera plus à aider quelqu’un : « Si je n’ai pas l’argent, tu veux que j’aille voler ? ». Un bon Gabonais ! 

4- Les tontons qui prennent toujours vos dossiers en promettant vous trouvez du boulot 

Ils ont toujours un carnet d’adresse très bien fourni. « J’ai des relations », aiment-ils à dire. Lorsqu’ils ne manquent pas de vous proposer des entreprises à cibler pour dépôt de votre dossier (des entreprises ou vous aurez déjà été d’ailleurs), ils vous diront que vous ne bougez pas assez, que vous ne cherchez pas assez, ils vous sortiront de grands discours d’hommes intègres et persévérants, pour ensuite vous proposer de leur fournir une copie de votre dossier (Tonton va activer son réseau d’hommes forts 👀 ). Puis, 3 mois, 6 mois, 1 an, 2 ans, tonton attend toujours l’appel de son ami DG dans une entreprise de la place qui a promis « faire quelque chose pour lui ».  

5-   Ceux qui promettent toujours de vous donner de l’argent lorsqu’ils « auront une petite entrée »

Vous ne tombez jamais à pic avec eux.  Vous arrivez toujours en retard, car tout l’argent qu’ils possédaient « vient juste d’être dépensé ». Puisqu’ils tiennent à tout prix à se montrer généreux, c’est donc tout naturellement qu’ils vous demandent de patienter jusqu’à l’arrivée de « la petite entrée ». Seulement, dans bon nombre des cas, « la petite entrée » finit par se « refermer » sans que vous n’ayez  reçu un seul centime. Ils vous diront poliment que la petite entrée qu’ils attendaient n’est pas “tombée”.

6- Les mamans qui ne remboursent jamais l’argent emprunté à leurs enfants 

Nos  mamans sont géniales ! Elles ont ce sens de l’humour qui vous arrache un sourir même quand au fond c’est une question de vie ou de mort.  Quand vous leur prêtez de l’argent, il vaut mieux s’abstenir de leur exiger votre dû. « Je suis ta mère, même si je ne te rembourse pas, ce n’est pas grave considérant tout l’argent que j’ai déjà dépensé pour toi depuis que tu es né(e) », s’empressent-elles de dire. Cela arrive très souvent quand la demande leur ait faite par leurs enfants de restituer leur dû. Les mamans, on vous aime bien, mais un débiteur est un débiteur et se doit de rembourser sa dette.

7 – L’enfer c’est toujours les autres 

Le Gabonais est un être « irréprochable ». Il n’est jamais coupable d’aucune faute. Ce qui est mauvais ne vient jamais de lui, et tout ce qui lui arrive est toujours de la faute des autres. Si bien qu’il nous arrive de chercher dans la famille un membre qui serait responsable de nos échecs ou de nos mauvais choix. Nous nous remettons rarement en question, tellement nous sommes convaincus de notre innocence.

Ceux qui lisent uniquement les titres sans parcourir les articles avant de commenter, on voulait aussi vous citer.  Mais comme on est gentil, on vous fait un petit clin d’oeil. C’est une habitude inquiétante d’une portion du lectorat gabonais sur internet qui tend à se répandre comme une traînée de poudre. Attention ! Commenter un article sur la seule compréhension, parfois erronée, de son titre sans totalement le parcourir peut nuire à votre jugement. Lire le titre ne suffit pas, car il y a plus de détails dans le chapeau (chapô) et le corps de l’article. Cette assertion qui dit que « la meilleure façon de cacher quelque chose à un Noir est de le mettre dans un livre » devrait nous interpeller. Un article est un tout, du titre à la chute qui fait office de conclusion. 

Vous avez aimé notre liste des 7 “péchés capitaux” du Gabonais ? N’hésitez pas de rallonger cette liste avec des comportements que vous avez observés chez vos compatriotes.