C’est en compagnie de sa fille Lauriane Ekondo et de sa troupe de danse que le roi du tandima, Vickoss Ekondo, a animé un show public à Johannesburg, au Sandton Nelson Mandela Square, au cours de  la semaine écoulée, un mois après la vague de violences xénophobes qui ont terni l’image de la nation arc-en-ciel. Objectif, sensibiliser le public Sud-Africain sur les méfaits de ce phénomène.

Sur invitation des Gabonais de la diaspora d’Afrique du Sud, Vickos Ekondo et  son équipe, ont fait parlé du vert jaune bleu par le biais de ce spectacle animé sur la place publique Sud-africaine. Ce qui peut être perçu comme un « Stop aux violences xénophobes », qui ont récemment conduit à plusieurs cas de décès et d’arrestation, est surtout un appel au dialogue, à la fraternité, à la paix entre les nations africaines.  

D’ailleurs, le lieu choisi, le Sandton Nelson Mandela Square, n’est pas anodin. « Nous prenons l’engagement de bâtir une société dans laquelle tous les Sud-Africains, blancs ou noirs, pourront marcher la tête haute (…) une nation arc-en-ciel en paix avec elle-même et avec le monde », déclarait Nelson Mandela, qui a voué son existence à la lutte contre l’Apartheid.