Décidée lors du Conseil des ministres tenu en octobre 2015 à Libreville, la construction de deux centres nationaux pour enfants autistes et trisomiques est désormais effective. « Akomgha » et « Ndossi » qui seront livrés dans les jours prochains, ont reçu le jeudi 19 septembre dernier, la visite de la Secrétaire Générale du Ministère en charge de l’Economie, des Finances et des Solidarités nationales, Edith Ekiri Mounombi Oyouomi, venue s’enquérir de l’évolution des travaux.

Quatre ans après son annonce, le fruit du partenariat entre le Gabon et le Maroc est désormais une réalité. Dans les tous prochains jours, les deux centres d’accueil seront livrés au public. C’est le constat fait par Edith Ekiri Mounombi Oyouomi hier lors de sa visite de chantier. « De cette visite, il ressort que les travaux de construction desdits établissements, fruit d’un partenariat entre l’Etat gabonais et le Royaume du Maroc, notamment dans le domaine de l’investissement humain, sont arrivés à leur terme. Tout est donc prêt pour un démarrage des activités » rapporte L’Union.

D’une capacité d’accueil de 50 places chacun, l’objectif visé par ces centres réservés aux enfants atteints de trisomie et d’autisme est de leur fournir un suivi médical et psychologique. Ajoutés à cela, un accompagnement éducatif et social sera assuré par le personnel dédié.

Les quarante travailleurs sociaux préalablement formés par des experts procéderont aussi à la détection des cas d’autisme et de trisomie, à l’élaboration et la mise en œuvre des mesures visant l’épanouissement et l’autonomisation de ces enfants.

A titre de rappel, l’autisme est un trouble du développement humain caractérisé par une interaction sociale et une communication anormales, caractérisé par des comportements restreints et répétitifs. Cette maladie touche une personne sur 150 dans le monde. Seulement, la prise en charge des enfants autistes pose encore problème par manque de structures et des personnels formés. Quant à la trisomie 21, une seule structure (Horizon nouveau) existait jusqu’à maintenant. 

Cette initiative plus que louable est à encourager pour la prise en charge et le suivi de ces enfants. En dehors des 100 enfants qui seront accueillis dans ces deux centres, il y’en a encore d’autres qui méritent d’être accompagnés. Il serait donc opportun de multiplier les centres à Libreville comme à l’intérieur du pays.