Ce mercredi  18 septembre 2019, les écogardes de l’Agence nationale des parcs nationaux du Gabon (ANPN) ont recueilli un éléphanteau qui errait sur des sentiers aux alentours de la lagune Iguela dans l’Ogooué Maritime. Orphelin, ce petit éléphant aurait perdu sa maman abattue par des braconniers. Un geste qui vient remettre au goût du jour la question du conflit homme-faune ainsi que la protection des éléphants.

Ni son âge, ni son poids n’ont été révélés. Toutefois, ce bébé éléphant, aujourd’hui orphelin vit dorénavant sous l’aile des éco gardes de l’Agence nationale des parcs nationaux du Gabon (ANPN) de la base d’Iguela ou il reçoit des soins intensifs. D’après l’ANPN, sa mère venait d’être tuée par des braconniers au moment où ils ont recueilli le pachyderme.

Ce énième cas vient remettre au goût le sujet de la protection des éléphants au Gabon, une espèce protégée. En consommant des fruits le pachyderme prédigère des graines dans son estomac qu’il rejette ensuite par ses excréments. Ce qui favorise la germination et leur dissémination dans la nature. Sa perte représente ainsi un gros risque pour l’environnement.

Il convient ici de rappeler que le Gabon détient la réserve la plus importante des éléphants dans le monde, soit un peu plus de 50.000 pachydermes dans sa forêt et ses parcs.