L’accident vasculaire cérébral (AVC) est considéré comme la 2e cause de décès dans le monde. Au Gabon, il représente le 1er motif d’admission dans les services de neurologie et constitue l’une des premières causes de handicap moteur chez l’adulte. Si parmi ses causes on note entre autres l’hypertension artérielle (HPA), une mauvaise hygiène de vie, on relèvera également un point très important et peu connu: le foramen ovale perméable (FOP). Mais qu’est-ce que le FOP ? 

Au cours de la vie fœtale, il existe une communication entre les deux oreillettes du cœur qui permet l’apport de sang oxygéné d’origine maternelle. Cette communication est censée prendre fin après la naissance du bébé dans la grande majorité des cas. Seulement, ce phénomène naturel n’intervient pas toujours de cette façon. Chez environ 1 personne sur 4, elle ne se referme pas, un passage au niveau du septum inter auriculaire peut persister à vie pour constituer ce qu’on appelle le foramen ovale perméable (FOP), potentielle anomalie du coeur, et cause de l’AVC.

Revmed, une revue médicale suisse, explique qu’il ne s’agit pas d’un orifice créé par manque de substance mais plutôt d’un défaut d’accolement des deux membranes, le septum primum et secondum, qui forment le septum inter auriculaire du cœur adulte. Un caillot sanguin va se former dans le système veineux pour passer via le FOP, de l’oreillette droite à l’oreillette gauche. Ce caillot gagnera alors le ventricule gauche, puis la circulation artérielle, notamment cérébrale où il crée un obstacle.

Notons par ailleurs qu’on  distingue deux types d’accidents vasculaires cérébraux. L’AVC hémorragique, qui intervient dans 20% des cas par une rupture d’une artère au niveau du cerveau. L’AVC ischémique ou infarctus cérébral qui constitue 80 % des cas, dû à l’occlusion d’une artère cérébrale par un caillot sanguin. Ce dernier, pourrait à 15 % des cas être lié à un FOP.

Le diagnostic du FOP se fait par une échocardiographie transthoracique, avec injection de microbulles par voie veineuse périphérique, ou transœsophagienne (sonde descendue dans l’œsophage sous anesthésie locale). Le traitement  se fait par prise d’aspirine. Toutefois, la fermeture d’un FOP est envisageable. Selon le Pr. Jean-Louis Mas, la fermeture d’un FOP a été réussie à 90 % des cas chez des patients.