Réalisée pour mesurer l’impact sur la santé d’une alimentation déséquilibrée, une étude parue dans le journal de santé The Lancet rapporte qu’1 décès sur 5 est lié à une mauvaise alimentation. Trop sucré, trop salé, trop riche en viande, ces facteurs d’alimentation présentent un grand risque pour la santé.

L’étude a été basée sur 195 pays et révèle une information que nous appréhendons tous sur le risque encouru d’une alimentation malsaine. En 2017, 1 décès sur 5, soit 11 millions de personnes dans le monde était lié à une mauvaise alimentation. La surconsommation de sel, de sucre, de viande et des apports insuffisants en céréales et en fruits seraient les principaux facteurs selon cette même étude.

Le journal indique par ailleurs que la quasi-totalité des décès a été provoquée par des maladies cardiovasculaires, les cancers ainsi que le diabète de type 2, souvent associé à l’obésité et aux modes de vie (sédentarité, alimentation déséquilibrée).

A cet effet, The Lancet, préconise de diviser par deux la consommation mondiale de viande rouge et de sucre et de doubler celle des fruits, des légumes et des noix pour aboutir à un régime bon pour la santé et pour l’environnement.

Ce qui vient souligner l’urgence de coordonner les efforts entre les pays pour « promouvoir la production, la distribution et la consommation d’aliments sains dans tous les pays.