Véritable icône glamour pour la nouvelle génération, Shan’l “La Kinda” possède aujourd’hui une réputation qui dépasse largement les frontières gabonaises. D’Abidjan à Yaoundé en passant par Cotonou et Dakar, la “Diva” gabonaise déchaîne les foules à chacune de ses apparitions et ça se ressent. L’artiste signée Direct Prod est aujourd’hui l’artiste gabonaise la plus scrutée sur Youtube, avec plus de 55 millions de vues. 

Près de 500 000 abonnées sur les réseaux sociaux faisant d’elle et de loin l’artiste gabonaise la plus suivie, des mélodies et une aura qui dépasse largement les frontières gabonaises, Shan’l la “diva” ou “La Kinda” comme elle se présente est aujourd’hui une artiste accomplie que les promoteurs d’Afrique et d’ailleurs ne manquent pas de s‘arracher.

Signée Direct Prod, l’interprète du célèbre hymne à la reconnaissance “Tchizambengue” aux influences Rn’B, Pop et Afro Gospel, découverte à la faveur du tube “l’aveu” en collaboration avec Arielle T, totalise aujourd’hui un album studio intitulé “Shan’L Is My Name” et plusieurs singles dont de nombreux hits. D’ailleurs, plusieurs vidéos issues de ces singles ont été ont été vues des millions de fois, 55 millions très exactement.

Parmis les clips de l’artiste les plus vues, on retrouve donc en tête “l’Aveu” et ses 19 millions de vues, “Tchizambengue” sorti il y a un an qui totalise 15 millions de vues, mais aussi le titre “Bonobo” en collaboration avec Créol qui comptabilise aujourd’hui près de 6,5 millions de vues. D’autres morceaux ont également suscité un certain engouement à l’image du titre “C’est pas les Gbés Gbés Gbés” et ses 4 millions de vues, le zouk “serré serré” et ses 2 millions de vues, ou encore “Love It” avec le camerounais Magasco qui dépasse le double million.

Mais au – delà de ses chiffres hallucinants pour une artiste gabonaise, c’est l’impact et la notoriété de la chanteuse qui impressionnent. très proche de ses fans, elle n’hésite d’ailleurs pas à lancer différents challenges pour les mettre à contribution ou encore à faire des “directs” pour échanger avec ces derniers. Après s’être « battue pour réussir » dans ses débuts, cette ancienne choriste profite désormais de sa renommée, et comme elle le dit si bien « C’est pas les Gbés Gbés Gbés ».