Si l’opinion se questionne sur la place de la femme dans la sphère politique, l’histoire de deux d’entre elles peut être édifiante quant au rôle important que la gente féminine joue dans l’édification de la démocratie Gabon. En effet, c’est le 12 février 1961, près d’un an après la proclamation de l’indépendance que Virginie Ambougou et Antoinette Tsono sont devenues les deux premières femmes députées du pays.  

Agées respectivement de 58 ans et 29 ans Virginie Ambougou, femme d’affaires originaire de la Pointe-Denis et Antoinette Tsono 29 ans infirmière à Mouila avaient été élues sous la liste Union Nationale. Militantes du Bloc démocratique gabonais (BDG) de Léon Mba et de Paul Marie Indjendjet Gondjout, elles comptaient parmi les 67 députés qui composaient l’Assemblée nationale. 

 Dans une société dominée par les hommes, ces deux femmes ont su s’ériger en véritable modèles. Antoinette Tsono est l’une des personnalités les plus connues de Mouila. Sa maman est une jeune femme Apindji. Son père est un jeune Fang venu de Libreville et affecté à Mouila. Pour ce qui est de Virginie Ambougou, elle fait partie des familles nobles de l’ethnie Mpongwé. En effet, l’Oga du Clan Assiga, au même titre que l’a été l’un de ses prédécesseurs : son arrière grand-père le Roi Antchouet Kowe Rapontchombo. 

 Il faut souligner que bien que leur ascension politique peut être attribuée à leur popularité dans leurs circonscriptions respectives, de nombreux historiens s’accordent à dire qu’elles étaient des femmes déterminées et engagées.